Un thriller dans son genre

Un thriller dans son genreTravailler sur la littérature de genre constitue pour des auteurs une invitation implicite à élargir la définition de celui qu’ils se sont choisi, à le préciser et l’enrichir en un sous-genre. Thriller revendiqué par la tension et les bouleversements que vivent ses personnages, Crise majeure se caractérise d’abord parce ce en quoi il s’éloigne des catégories répertoriées de manière plus ou moins officielle (Thriller d’espionnage, d’épouvante, politique, techno thriller…)

Il existe dans toute tentative de classification le besoin de créer des repères. Ceux-ci étant une denrée rare en période de mutations comme celle que nous vivons, difficile de résister quand l’occasion se présente. En outre la volonté forcenée de tout classer mène au débat ; avec lui pointe le désaccord, les esprits s’échauffent, bientôt on en vient aux mains, tout cela est vivant.

Pour ces raisons, il nous a paru utile de préciser le genre de Crise majeure. Avant tout Thriller psychologique (une succession de crises s’accumulent sur les personnages, sapent leurs positions, sectionnent les liens affectifs entre eux), il est également un thriller de management, puisque l’action tourne autour d’une société commerciale et de la recomposition actionnariale dont elle est l’objet.

Il semble par ailleurs que l’expression ne soit guère usitée, raison de plus pour se l’approprier.